Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les marchands de bonheur
  • Les marchands de bonheur
  • : Le site convivial d'échanges réservés aux admirateurs des Compagnons de la Chanson et à ceux qui vont rapidement le devenir
  • Contact

Les livres

0.livre hubert0.livre gaston     

0.livre fred0.livre jean-pierre   

0.livre marc0.livre jean-jacques   

0.livrechristian-10.livrechristian-21ère couv Publier du Compagnons 1ere-Couv-Guy-Bourguignon.jpg 9782918296294jpg 0782918296324couverture 

La chronique-entretien consacrée par FRANCE MUSIQUE "Ecoutez-moi Benoît" à la sortie du portrait de Marc :

http://ddata.over-blog.com/0/39/80/37/Interview-Marc-Herrand.mp3      

Archives

Les vidéos préférées...

MES FIDELITES
de Daniel SAURFELD
Ils sont tous là !... Enfin, presque ! Cliquez et laissez aller les souvenirs...!

23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 09:48

Après vingt-quatre heures d'hésitations diverses et de mise en place compliquée, vous avez dû le constater, les derniers articles qui avaient été publiés sur notre site des Marchands de bonheur créé en mars 2007 ont été transférés sur EKLABLOG. Un site où désormais vous aurez la possibilité de les visionner dans leur quasi intégralité. 

Certes, nous n'avons pas encore tout résolu au plan du graphisme mais sachez que c'est en bonne voie. Si ceux qui bénéficiaient d'une "alerte nouvel article" ne se sont pâs encore inscrits sur le nouveau site EKLABLOG, il serait souhaitable qu'ils le fassent sans trop attendre. Ils trouveront sur la gauche et en bas de la page d'accueil sous les ouvrages Compagnons un espace pour qu'ils puissent s'inscrire à cette nouvelle newsletter. C'est important car le 7 mars prochain, ils ne recevront plus ces alertes, le site Over-blog cessant de fonctionner. 

Partager cet article

Published by Sybille & Louis - dans Le saviez-vous
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 09:54

1974... Rappelez-vous ! Un petit air de déjà entendu, nous direz-vous ? Normal, il fait partie des airs préférés de notre ami Claude VERRIER qui le diffuse en bande sur son site musical.
En 1974, WELCOME L'AMI vient de faire une brillante carrière aux Etats-Unis et elle a été numéro 1 en Angleterre ! Et cela alors qu'elle était inconnue en France à sa sortie, dans son pays natal ! Incroyable, non ! C'était l'époque où GASTON venait d'intégrer les COMPAGNONS de la CHANSON à un moment où les traditionnels pantalons bleus assortis aux chemises blanches avaient vécu. Du moins en dehors des représentations. Sur les plateaux TV, c'était en effet le temps des vestes aux couleurs chatoyantes et aux noeufs pap assortis. Nous étions entrés dans la dernière époque plus instrumentale que chorale mais dont il nous reste cependant quelques beaux souvenirs dont ce Welcome l'ami que notre ami Claude VERRIER a mis en boîte plus notre plus grand plaisir voici quelques mois déjà.


Welcome l'ami
envoyé par verclaud

Partager cet article

Published by C. Verrier, L. Petriac - dans Vidéos
commenter cet article
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 00:23
C'est l'un des succès du début des années soixante !

Partager cet article

Published by P. Michaud, L. Petriac - dans Vidéos
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 00:17


Avant le spectacle, le présentateur avait raconté une petite anecdote sur les COMPAGNONS DE LA CHANSON et Feillens, un petit village de l'Ain près de Macon. Ces derniers avaient été invités en 1952 par le curé qui cherchait de l'argent pour pouvoir réparer l'église ! Le spectacle prévu dans ce petit théâtre avait dû être finalement organisé en plein air tant les demandes étaient nombreuses ! 

Le grand jour arrivé, il plut des cordes et il était donc impossible aux COMPAGNONS de chanter dehors. Au point que le pauvre curé s'arrachait les cheveux sur la tête. Jean-Louis JAUBERT et ses amis décidèrent alors d'entasser le plus grand nombre de personnes dans la salle faisant patienter les autres dans un hangar proche et ils entreprirent de donner deux récitals en suivant pour que tout le monde puisse être satisfait. Les spectateurs furent ravis, bien sûr, le curé heureux et les COMPAGNONS sans doute aussi pour avoir accompli une bonne action. 

Fred ne pensait certainement pas revenir dans la même salle, seul cette fois, 52 ans plus tard ! Il nous offrit pendant deux heures un spectacle merveilleux malgré deux petits incidents sur la fin. Il faisait ce jour-là, caprice du temps à Feillens, plus de 30° dans une salle à nouveau pleine à craquer. Le soliste dut s'arrêter une première fois car le maquillage l'aveuglait complètement et une seconde pour boire un verre d'eau, après que la voix ait donné quelques signes de fatigue. Mais avec l'humour qu'on lui connaît, Fred retourna ces deux incidents en sa faveur et il quitta la salle sous un tonnerre d'applausissements bien mérités.



P. MICHAUD

Pour découvrir l'article local, cliquez sur le lien qui suit :
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/58/97/52/Fred-Mella---Feillens.pdf

Partager cet article

Published by P. Michaud, L. Petriac - dans Les medias et eux...
commenter cet article
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 00:08

On a évoqué ici pas mal de ceux avec lesquels les COMPAGNONS DE LA CHANSON avaient travaillé, mais sans jamais encore avoir parlé de lui. Et pourtant, Charles TRENET a fait incontestablement partie de l'univers COMPAGNONS ! Surtout au cours des premières années...
La chanson de l'Ours évoquée ici voici quelques semaines avec Marc HERRAND (http://www.compagnonsdelachanson.com/article-26933237.html) et quelques autres parmi lesquelles :
Mes jeunes années, l'une des plus jolies mélodies de la fin des années quarante, écrite d'ailleurs avec le concours de Marc pour la musique,
Le Roi Dagobert et Les gendarmes s'endorment sous la pluie, Quelque part deux amants, Ma maison.

Il les avait appelés les GRANDS GARCONS DE LA CHANSON, ding, ding, dong... Chacun a encore en tête cette chanson de Charles où il leur rendait hommage...

Moi, j'aime le music-hall
C'est le refuge des chanteurs poètes
Ceux qui se montent pas du col
Et qui restent pour ça de grandes gentilles vedettes
Moi j'aime Juliette Gréco
Mouloudji, Ulmer, les Frère Jacques
J'aime à tous les échos
Charles Aznavour, Gilbert Bécaud
J'aime les boulevards de Paris
Quand Yves Montand qui sourit
Les chante et ça m'enchante
J'adore aussi ces grands garçons
De la chanson,
Les Compagnons
Ding, ding, dong

   

Partager cet article

24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 00:01



Tiré d'une lettre adressée à Marc HERRAND fin 2007 par Daniel SAURFELD, l'auteur de la version vidéo de "mes fidélités" chantée par Fred MELLA (à voir sur votre gauche)

J’ai découvert les COMPAGNONS DE LA CHANSON en… 1947 ! J’avais neuf ans quand mon instituteur du Cours Elémentaire 2ème année fit écouter à sa classe : Perrine était servante et qu’il décida que ses élèves la chanteraient. Ce qui fut dit, fut fait ! C’est ce jour-là que je tombai dans le chaudron !

Mais, qui étaient donc ces COMPAGNONS DE LA CHANSON dont il nous parlait avec tant de délectation ?… Il n’y avait pas de tourne-disques à la maison ni de photos qui m’auraient permis de les voir ! Et j’avais un fort désir de les entendre de nouveau mais, à part la TSF, point de salut ! Il m’arrivait donc d’attendre plusieurs heures à côté du poste radio et, souvent, mes attentes étaient vaines. Un jour, la municipalité de Fourmies, dans le Nord, vint installer dans mon village natal de Monthermé dans les Ardennes un centre de vacances et un moniteur-enseignant créa une chorale scolaire qui y séjourna plusieurs semaines. Elle donna, en 1949 je crois, quelques concerts auxquels les habitants furent conviés. Cette jeune chorale avait un répertoire unique, celui des COMPAGNONS DE LA CHANSON. Quelle joie fut-ce pour moi de découvrir alors, en plus de Perrine, Les yeux de ma mère, Dans les prisons de Nantes, Céline, Les trois cloches, Le roi a fait battre tambour, L’ours, Les marins de notre ville, Ukraine, La Marie, Les gendarmes s’endorment sous la pluie, Le prisonnier de la tour, Cinq filles à marier, Maître Pierre… Autant de joyaux pour lesquels on ne vous remerciera jamais assez Marc HERRAND ! Avec l’aide de ces colons chanteurs appelés " les gars qui braillent ", le virus continua de se développer et il est toujours présent… Définitivement ! Eu égard à la longévité du groupe, votre passage au sein des COMPAGNONS pourrait paraître court mais, pour le fan que je suis, je devrais même dire les fans, nous qui apprécions sans forfanterie en connaisseurs, je dirai que vous avez laissé une marque indélébile chez eux… et au-delà !

Je fais aujourd’hui partie d’une chorale d’amateurs d’une quarantaine de personnes environ qui donnera dans quelques jours un concert dont le programme sera constitué uniquement de chants de Noël et notre chef de chœur, une dame, m’a demandé d’être soliste dans " A Noël ". Ce n’est pas la première fois que je suis ainsi désigné mais là… avec une chanson des COMPAGNONS arrangée par Marc HERRAND !… Je suis fier de porter la bannière et, en plus, dans mon village natal ! J’aurai à cette occasion une pensée pour vous, tout en espérant ne pas sombrer dans l’adage : " Nul n’est prophète en son pays ". Pour être certain de le faire mentir, il me faudrait la voix de Fred… Or, il n’en existe qu’une et je devrai donc faire au mieux ! Vous avez été l’une des toutes premières personnalités à croire et à encourager l’initiative de notre ami Christian FOUINAT dont le résultat aura comblé de bonheur les " fans des Compagnons " dont je suis. Je tenais particulièrement à vous en remercier. Je n’ai pu hélas me rendre à Lyon le 1er décembre 2007 pour l’avènement de son livre et je n’ai pu vous rencontrer. J’avais eu le plaisir de converser avec vous le 19 octobre 2002 et de vous faire dédicacer la partition " mes jeunes années ".

 Dans ce concert justifié d’éloges compagnonnesques, il serait parfaitement injuste d’oublier votre épouse, Madame Yvette GIRAUD et sa brillante carrière. Elle a laissé en moi et dans ma famille (ma mère et ma sœur l’adoraient) des traces définitives. Pas seulement chez nous, mais aussi dans la Chanson française et je me réjouis de retrouver Madame GIRAUD dans le catalogue " Marianne Mélodie ". A ma demande, vous me l’aviez présentée à Lyon et j’ai eu le grand honneur de discuter avec elle. Hélas trop peu pour moi ! Je me souviens qu’elle m’avait demandé quelle était ma chanson préférée et j’avais répondu : La danseuse est créole. C’était vrai, mais j’ai beaucoup aimé aussi : Mademoiselle Hortensia, Ma guépière, Cerisier rose et pommiers blancs, Je vais revoir ma blonde, Les lavandières du Portugal, Quadrille au village. Toutes ces chansons ont enchanté mon adolescence avec un faible pour Avril au Portugal. J’écoute d’ailleurs souvent dans ma voiture le double CD Odéon Pathé que votre épouse a bien voulu me dédicacer à Lyon ; il fait partie de mes trésors. Merci pour tout chère Yvette GIRAUD !
Avec toutes mes amitiés et mes chaleureux remerciements pour ce que vous avez apporté avec votre épouse à la Chanson française.

Daniel SAURFELD


Partager cet article

Published by L. Petriac - dans Billets d'humeur
commenter cet article
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 00:01

Guy Lux et ce qu'il savait faire de mieux... L'animation Chanson Française ou Variétés comme en produisait notre télé de jadis. Alors, pour la petite nièce d'Hubert : Marie-Françoise, voici deux couplets des Comédiens par nos amis les COMPAGNONS DE LA CHANSON !

Vous connaissez tous l'histoire de la chanson, Fred MELLA en parle abondamment dans Mes maîtres enchanteurs et Jean-Louis JAUBERT en a également dit deux mots avec Hubert... Au départ, les Compagnons n'étaient guère emballés par l'affaire et lorsqu'ils se sont ravisés, notre "voix d'or" s'est un peu fait prié pour la chanter tellement il avait été confus de devoir dire non à Charles AZNAVOUR...


Les comediens
envoyé par verclaud

Partager cet article

Published by C. Verrier, L. Petriac - dans Vidéos
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 00:01

Louis-Domininique LIEBARD (il se fait dédicacer le livre sur les COMPAGNONS DE LA MUSIQUE par Jean-Jacques BLANC sur la photo ci-dessus) était venu avec sa soeur à Cran Gevrier le 25 octobre dernier répondant à notre invitation. Il en a profité pour nous montrer le magnifique album de souvenirs conçu pour le centenaire de leur père : Louis LIEBARD en juin 2008. Un travail dont l'abondance des documents et témoignages d'époque nous a fait envie, reconnaissons-le ! Nous avons le sentiment que leur présence en aura comblé quelques-uns, et en premier lieu Roger MANSUY, ses enfants et petits-enfants ainsi que les filles de Jean VERLINE et Christine DESSERTENNE, la fille de la première Compagnonne de la Musique Marianne CHASSOT, tous heureux de retrouver sinon de rencontrer ceux qui avaient fait partie de l'univers de la Villa du Point du Jour dès 1941 et qui sont évoqués dans l'ouvrage de Jean-Jacques BLANC qui vient de paraître. D'autant que certains, comme Marc HERRAND, n'avaient pu se rendre à l'invitation des cent ans de Louis LIEBARD en Juin dernier !

Les enfants de Louis LIEBARD et, entre eux, Christine DESSERTENNE la fille de Marianne CHASSOT.

Partager cet article

27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 21:30

Notre-ami-Dents-de-lapin.jpg

 

La disparition prématurée de notre ami Guy BOURGUIGNON fin décembre 1969 à laquelle nous avons déjà consacré quelques articles, est restée pour beaucoup le premier vrai coup de semonce qui a touché l'équipe des COMPAGNONS DE LA CHANSON en cette fin des années soixante. Six ans après celui qui les avait vus regretter le décès de leur grande Dame (http://www.compagnonsdelachanson.com/article-20464920.html).

Bien entendu, elle avait pas mal fait réagir les média de tout poil dont ICI PARIS, qui n'avait pas manqué de revenir avec le talent que l'on reconnaissait à ses rédacteurs déjà très à la sauce people...

Un document en format PDF a été conçu que vous pourrez éditer en cliquant sur le lien ci-après mais nous tenons bien entendu, comme d'habitude, à la disposition de ceux qui en feront la demande une copie en format JPEG de cet article :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/58/97/52/Notre-ami-dents-de-lapin.pdf 






Partager cet article

Published by P. Fesquet, L. Petriac - dans Les medias et eux...
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 00:01

La famille MELLA comme la famille PLATINI, ou comme bien d'autres encore, nous est venu d'Italie, au-delà des Alpes, apportant à notre pays footballeurs de génie et... pour ce qui nous concerne directement ici, une grande génération d'artistes de music-hall avec Fred et René MELLA. 

Les deux frères, le second derrière le fils aîné Jean et le cadet, on ne les présente plus, tant leur réussite au sein des COMPAGNONS DE LA CHANSON leur a valu à l'un comme à l'autre de porter haut la fierté de cette famille humble et droite de Valle San Nicolao du Piémont qui était venue chercher dans notre pays, en Ardèche, de quoi subvenir à ses besoins. 

L'article paru ci-dessous dans un média des années soixante-dix donne d'ailleurs une singulière idée de ce qui rattachait les uns et les autres. Dans son livre (Cf. mes maîtres enchanteurs), Fred revient sur son enfance et cette ambiance familiale qui a bordé les premières années des jeunes MELLA alors que notre pays s'apprêtait à entrer en guerre. Toute la famille et les grands parents étaient déjà imprégnés de chanson et même de bel canto et il était donc acquis que deux des trois fils MELLA verseraient un jour ou l'autre dans la chanson. 

Pour vous permettre un plus grand confort de lecture, nous avons réalisé un document PDF que vous pourrez consulter en cliquant sur le lien ci-après. Ceux d'entre vous qui souhaiteraient se procurer cet article en format JPEG pourront également nous le demander.

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/58/97/52/Les-Mella-chez-papa-et-maman.pdf

    

Partager cet article

Published by P. Fesquet, L. Petriac - dans Biographie - aspects
commenter cet article