Les livres

0.livre hubert 0.livre gaston   

0.livre fred 0.livre jean-pierre     

0.livre marc 0.livre jean-jacques     

0.livrechristian-10.livrechristian-21ère couv Publier du Compagnons 1ere-Couv-Guy-Bourguignon.jpg 9782918296294jpg 

La chronique-entretien consacrée par FRANCE MUSIQUE "Ecoutez-moi Benoît" à la sortie du portrait de Marc :

http://ddata.over-blog.com/0/39/80/37/Interview-Marc-Herrand.mp3  

Les vidéos préférées...

MES FIDELITES
de Daniel SAURFELD
Ils sont tous là !... Enfin, presque ! Cliquez et laissez aller les souvenirs...!

Les marchands de bonheur

Un nouveau blog des Compagnons est à noter :  

http://lescompagnonsdelachanson.over-blog.com/
















   

Lundi 29 décembre 2008 1 29 /12 /Déc /2008 00:01

portrait-j-l-jaubert.jpg

Né le 29 août 1920, Louis-Lazare JACOB était le « Lolo » de la bande, ! Devenu durant la guerre Jean-Louis JAUBERT pour des raisons de sécurité en endossant un nom qu'il ne quittera plus, Jean-Louis a toujours donné le sentiment d'être le patron du groupe, même s'il n'en n'était rien ! Et cela bien qu'il ait été nommé en février 1946 PDG de la toute nouvelle Société Coopérative de Production Ouvrière « LES COMPAGNONS DE LA CHANSON ». Au moment précis où, avec ses amis, ils avaient décidé de voler de leurs propres ailes et de mettre un terme à leur association avec Louis LIEBARD, leur mentor lyonnais. 
Disons que par son calme et son attitude posée face aux difficultés de toute sorte, par son humour, son charisme et son flegme aussi, ce "séducteur-né" dont les conquêtes féminines ne se comptent plus, était bien perçu. C'est donc fort logiquement s'il occupait un véritable rôle d'attaché de relations et s'il était l'un des gestionnaires les plus avisés du groupe, celui le plus capable en tout cas d'apporter au groupe les contrats dont les COMPAGNONS DE LA CHANSON avaient besoin. On se souvient aujourd'hui encore de certaines de ses réparties pleines d'humour dont Christian Fouinat donne un exemple dans le livre hommage que nous avons publié fin 2007.
Cet humour éclate également dans une répartie de 1946 restée célèbre. Lorsqu'il s'est agi de savoir si les Compagnons devaient interpréter ou non Les trois cloches que leur avait proposé Edith PIAF, Jean-Louis avait alors craint qu'on ne les prenne pour neuf cloches !...
Organisé autour d'une règle simple, celle du 3 X 3 (3 ténors, 3 barytons et 3 basses), Jean-Louis pensait que la force des Compagnons résidait dans le fait qu'à neuf ils ne couraient pas le risque de se tromper tous les neuf en même temps. Ce qui facilitait d'autant les prises de décision de l'ensemble ! Sans lui, qui restera toujours aux yeux de tous l'un des personnages-clé de la fabuleuse histoire des Compagnons, rien n'aurait été possible. Au plan musical, il en était également l'une des voix basses très appréciées
après avoir failli devenir... footballeur professionnel avant la guerre ! Juste avant un exode salutaire à Massiac dans le Cantal parce qu'il fallait fuir l'Alsace ! Il assumera d'ailleurs quelques temps des fonctions de Conseiller Technique au sein de la Commission de la Coupe de France de Football à la Fédération, après que les Compagnons aient cessé de se produire en 1985.
 
C'est au sein d'un mouvement de jeunesse "JEUNESSE et MONTAGNE", après cet exode, que l'idée lui est venue de monter une équipe de chanteurs attirés par le chant choral qui serait en mesure d'interpréter du folklore français... Un endroit où il côtoiera... Guy BOURGUIGNON.
L'idée fera son chemin et le conduira, lui, l'admirateur de Ray VENTURA, à rejoindre à Lyon en octobre 1941 les COMPAGNONS DE FRANCE pour y promouvoir au sein d'un groupe d'expression musicale : LES COMPAGNONS DE LA MUSIQUE "la chanson animée". Devenu sous l'égide de Louis LIEBARD, un ancien assistant du maître de chapelle de la Cathédrale de Dijon, une véritable pépinière de talents le groupe prendra vite un certain essor. Ils y resteront à huit jusqu'en Février 1946 avant d'exploiter plus à fond sous le nom de COMPAGNONS DE LA CHANSON la piste parisienne qui semblait leur promettre plus de réussite que leur expérience lyonnaise du Point du Jour. Surtout après qu'Edith PIAF, l'amie des débuts, ait choisi de les emmener avec elle et de les imposer aux Etats Unis juste après avoir enregistré avec eux : Les trois cloches.

Jean-Louis vient hélas de nous quitter en juin 2013. Il allait avoir 93 ans !  

Par L. Petriac - Publié dans : Biographie, aspects
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés