Les livres

0.livre hubert0.livre gaston     

0.livre fred0.livre jean-pierre   

0.livre marc0.livre jean-jacques   

0.livrechristian-10.livrechristian-21ère couv Publier du Compagnons 1ere-Couv-Guy-Bourguignon.jpg 9782918296294jpg 0782918296324couverture 

La chronique-entretien consacrée par FRANCE MUSIQUE "Ecoutez-moi Benoît" à la sortie du portrait de Marc :

http://ddata.over-blog.com/0/39/80/37/Interview-Marc-Herrand.mp3      

Les vidéos préférées...

MES FIDELITES
de Daniel SAURFELD
Ils sont tous là !... Enfin, presque ! Cliquez et laissez aller les souvenirs...!

Les marchands de bonheur

Un nouveau blog des Compagnons est à noter :  

http://lescompagnonsdelachanson.over-blog.com/
















   

Vendredi 20 février 2009 5 20 /02 /Fév /2009 00:01



Celui que l'on voit ci-dessus avec quelques autres célébrités, dont Thierry LE LURON, et qui s'apprête à donner une représentation parisienne au PETIT JOURNAL, auquel nous avions consacré dernièrement un article ici (http://www.compagnonsdelachanson.com/article-23802525.html) est le dernier des COMPAGNONS à avoir intégré l'ensemble.
Wattrelosien d'origine et né en 1931, Michel CASSEZ était leur benjamin. D'abord clarinettiste chez Bécaud après avoir tout de même obtenu un prix de clarinette et de solfège au Conservatoire de Paris, il n'a plus cessé ensuite d'occuper les premiers rôles. Talentueux musicien de Claude François et issu de l’orchestre Louis Frosio de Monte Carlo dont il était le complice et le saxophoniste solo vedette, issu du grand orchestre Paul Mauriat, il est devenu l’amuseur qui, multipliant les sketches et se produisant en solo, était surtout repéré pour ses gaffes et autres pitreries. C'est d'ailleurs en évoquant ses gaffes que Claude François l'avait surnommé Gaston. Un surnom qui lui restera jusqu'à en devenir celui que l'on retient de celui qu'il savait être au sein des COMPAGNONS DE LA CHANSON.
L'homme est tout à fait capable de jouer une vingtaine d'instruments et d'interpréter à trois clarinettes à la fois Le vol du bourdon. Il était aussi capable de truquer ses instruments pour élargir un peu plus la gamme, dans tous les sens du terme ! Son luth devenait à l'occasion une raquette de tennis et son énorme tuba pouvait renfermer un téléphone ou autre chose... Que de créativité !  
Côtoyant Jean BROUSSOLLE, le parolier prolifique des Compagnons à qui des décennies de scène pesaient et dont le plus cher désir était de retrouver ses chevaux en Camargue, c'est au cours d'un Grand Echiquier de Jacques Chancel que s'opérera la passation de pouvoir entre l'ami Jean et Michel CASSEZ. Pour ce faire, Jean avait choisi d'interpréter Le coeur en fête et Gaston La chanson pour Anna. Ce soir de décembre, le remplaçant fut trouvé. Un moment homérique de télévision grâce à Jacques Chancel et au talent du réalisateur qui laisse néanmoins perplexe car, ce soir-là, contrairement à l'interprétation, il n'était pas sûr que Jean BROUSSOLLE avait "le coeur en fête" ! Surtout après avoir connu ce qu'il avait connu avec ses amis les COMPAGNONS DE LA CHANSON.

Ce qui est sûr, c'est que l'entente de GASTON avec Jean-Pierre CALVET lui aura même permis de réaliser un enregistrement 33 tours sous l'appellation des QUAD ROCKERS (dont la couverture est reproduite ci-dessous). Un travail réalisé en Angleterre avec notre baladin, en dehors de leurs activités chez les COMPAGNONS, avec l'appoint, à leurs côtés, des meilleurs musiciens anglais du moment. Les deux compères devenus très complices partageaient d'ailleurs le même véhicule pour se rendre d'un point à un autre lors des tournées.
GASTON s'est réalisé en entrant chez les COMPAGNONS ! Pas seulement grâce à sa complicité avec Jean-Pierre CALVET. Pourtant on a dit qu'ils étaient passés avec lui de l'austérité à la fantaisie ! Nous n'extrapolerons pas, persuadés que chacun au fil des époques différentes aura apporté sa pierre à l'édifice et quel édifice ! Ce que l'on doit cependant retenir, c'est que c'est sans doute grâce à cette faculté de s'adapter si l'ensemble a pu durer dans le temps et passer au travers du filet d'une mode dévoreuse de talent qui en a brisé quelques-uns.
Gaston Michel CASSEZ aura finalement partagé treize ans de succès au sein des COMPAGNONS DE LA CHANSON avant la tournée d’adieux entreprise dans le monde entier. Précisons que l'homme aux caniches, auquel ses futurs partenaires avaient demandé de sacrifier sa moustache en 1972 avant de les rejoindre, a co-signé certains des titres interprétés par le groupe comme : La mouche, On se quitte, On a déjà vu ça.
En 1985, il a consacré un ouvrage à son passage chez les COMPAGNONS en publiant chez Michel LAFON un « Gaston raconte les Compagnons » dans lequel il revient sur cette collaboration. Un titre qui est malheureusement épuisé. Non, ça n'est pas un adieu, écrit-il à un moment donné évoquant cette promesse faite dans le cadre d'une chanson, il restera les disques, les cassettes, les bandes archives de la télé. Il restera... Ils étaient là illusionnistes à nous mentir derrière un refrain truqué. On a marché Charles, mais pas longtemps"... A la lecture des pages de cet ouvrage, on se dit que GASTON devait déjà avoir des dons de visionnaire. La façon dont il définit le "Non, ce n'est pas un adieu" écrit pour les COMPAGNONS par Charles AZNAVOUR le démontre. Car depuis tout s'est trouvé confirmé !



Depuis la fin des COMPAGNONS, il a intégré le “Swing Sorg Orchestre” qui fait les beaux jours, notamment, des festivités du Luberon et avec lequel il est parti récemment en tournée. Les admirateurs du groupe l'auront revu avec plaisir lors de l'inauguration de la Place des Compagnons de la Chanson à Lyon en octobre 2002.  

 

Par L. Petriac - Publié dans : Biographie, aspects
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés