Les livres

0.livre hubert 0.livre gaston   

0.livre fred 0.livre jean-pierre     

0.livre marc 0.livre jean-jacques     

0.livrechristian-10.livrechristian-21ère couv Publier du Compagnons 1ere-Couv-Guy-Bourguignon.jpg 9782918296294jpg 

La chronique-entretien consacrée par FRANCE MUSIQUE "Ecoutez-moi Benoît" à la sortie du portrait de Marc :

http://ddata.over-blog.com/0/39/80/37/Interview-Marc-Herrand.mp3  

Les vidéos préférées...

MES FIDELITES
de Daniel SAURFELD
Ils sont tous là !... Enfin, presque ! Cliquez et laissez aller les souvenirs...!

Les marchands de bonheur

Un nouveau blog des Compagnons est à noter :  

http://lescompagnonsdelachanson.over-blog.com/
















   

Mardi 16 juin 2009 2 16 /06 /Juin /2009 00:49

On a souvent évoqué la personnalité d’Édith PIAF et quelle a été sa vie passionnée. Dans son livre Mes maîtres enchanteurs Fred MELLA parle différemment d’Édith. Il est toujours intéressant de savoir comment les Compagnons ont véritablement rencontré Édith PIAF ? Et de quelle façon, séduite par leur tour de chant au Printemps 1944 à la Comédie Française, elle leur a proposé ensuite à partir de 1946 d’assurer la première partie de ses spectacles. D'abord en Allemagne et en Suisse pour des cachets qui n'étaient pas bien gros et surtout avant le fameux voyage entrepris aux Etats-Unis en octobre 1947. Dans un autre ouvrage publié par Charles AZNAVOUR : Les temps d'avant, ce chapitre des cachets et de leur modicité donne un autre éclairage sur la passion qu'éprouvaient tous ces artistes pour leur métier ! Avant toute autre considération matérielle, l'important était de survivre avec, souvent, seulement quelques sandwiches !

Elle les conseillera comme elle a conseillé bien d'autres artistes. Avant et après eux ! C’est donc grâce à PIAF si de, Compagnons de la Musique, ils sont véritablement devenus des Compagnons de la Chanson et surtout s’ils se sont orientés vers la chanson moderne délaissant quelque peu le folklore et les chansons populaires si chères à leur premier mentor : Louis LIEBARD. 

Certains de leurs nombreux admirateurs des premiers instants se sont livrés à une analyse des différents styles et des différentes époques des Compagnons qu'ils ont abordés dans l'ouvrage de Christian FOUINAT que nous avons publié : « LES COMPAGNONS DE LA CHANSON : des marchands de bonheur, allez savoir pourquoi ! » 

Fred MELLA est revenu dans son livre autobiographique des premières années sur leur rencontre avec PIAF : " Nous avons connu vraiment Édith au cours d’un gala donné à la Comédie-Française, au profit des œuvres sociales des cheminots. C’est alors que l’on nous a proposé les Trois Cloches, de Jean-Gilles VILLARD. Avec cette chanson nous avons été littéralement propulsés. Savez-vous où nous l’avons répétée, cette chanson ? Dans une rame de métro. Nous n’étions pas encore très connus. C’est ainsi que la première fois que nous avons collaboré avec Édith ce fut au Palais de Chaillot, et comme promis, elle interpréta le refrain des Trois Cloches. " Du Théâtre de l’ABC, dès 1946, puis plus tard en Europe jusqu’aux États-Unis, les Compagnons de la chanson ont chanté plus de cent fois avec Édith PIAF. Après la Libération, en 1944, il faut préciser que les spectacles étaient florissants. Presque chaque quartier programmait des artistes de variétés. Pas seulement l’ABC et Bobino, mais l’Excelsior, place d’Italie, l’Européen, place Clichy, le Concert Pacra, boulevard Beaumarchais, l’Alhambra, près de la République, le Théâtre de l’Étoile, les Folies Belleville. Sans doute les gens avaient-ils à coeur d'oublier leurs tracasseries quotidiennes et les rationnements encore en vigueur pour se nourrir. 

Les Compagnons de la chanson ont très vite formé une sorte de démocratie. Lorsqu’il s’est agi d’opter pour un nouveau répertoire, ils ont voté. Les chansons nouvelles comme les différents projets étaient, elles aussi, soumises à la discussion. Rappelons que les Compagnons ont toujours été composés d’un groupe de neuf, évitant ainsi les ballottages... Le départ de Paul BUISSONNEAU a été compensé par l’arrivée de René MELLA (Sept 1950), celui de Marc HERRAND par Jean BROUSSOLLE (Mars 1952), celui d’ALBERT par celle de Jean-Pierre CALVET (Sept. 1956) et, en dernier lieu celui de Jean BROUSSOLLE par celle de GASTON CASSEZ (Déc. 1972). Seul Guy BOURGUIGNON, décédé en 1969 ne sera pas remplacé. D'autres remplacements ont eu lieu : celui de Gérard SABBAT par Mario HIRLE durant le service militaire du premier (1952-53). Mario remplacera également Jo FRACHON en 1955 et Paul MERY, Jean-Pierre CALVET en 1984 et 1985, Jean-Pierre étant malade. 

Vedettes du disque, ils ont été surtout des artistes de scène utilisant des accessoires hétéroclites, jouant des instruments les plus divers. La chanson était avec eux prétexte à gags. Leur tenue vestimentaire, pantalon bleu et chemise blanche, n’a pratiquement pas changé. Sauf lors des déclinaisons télévisuelles des années soixante-dix où ils apparaîtront avec de magnifiques costumes de scène multicolores. 39 années entre février 1946 et février 1985, auxquelles il convient d'ajouter pour certains d'entre eux les années Compagnons de la Musique de l'ère Liébard !
 

 

Par L. Petriac - Publié dans : Biographie, aspects
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés