Les livres

0.livre hubert0.livre gaston     

0.livre fred0.livre jean-pierre   

0.livre marc0.livre jean-jacques   

0.livrechristian-10.livrechristian-21ère couv Publier du Compagnons 1ere-Couv-Guy-Bourguignon.jpg 9782918296294jpg 0782918296324couverture 

La chronique-entretien consacrée par FRANCE MUSIQUE "Ecoutez-moi Benoît" à la sortie du portrait de Marc :

http://ddata.over-blog.com/0/39/80/37/Interview-Marc-Herrand.mp3      

Les vidéos préférées...

MES FIDELITES
de Daniel SAURFELD
Ils sont tous là !... Enfin, presque ! Cliquez et laissez aller les souvenirs...!

Les marchands de bonheur

Un nouveau blog des Compagnons est à noter :  

http://lescompagnonsdelachanson.over-blog.com/
















   

Mercredi 16 décembre 2009 3 16 /12 /Déc /2009 17:35

Une performance et une fidélité qui n'est pas passée inaperçue ! Celle de Mireille TESTAUX de Frontignan ! Du moins s'il faut en croire l'article paru dans un média au lendemain du dernier récital de Fred MELLA à Nyons dans la Drôme !

Le carnet ci-dessus, c'est d'ailleurs l'un de ceux que Mireille a conservés. Avec un billet de représentation, ce carnet soigneusement étiqueté avec une dymo est le témoin de toutes ces années passion vécues à leurs côtés. Celles d'une admiratrice de base qui, bien entendu, n'a pas raté la rencontre de Cran Gevrier. Pas plus qu'elle n'avait raté la journée de Lyon en décembre 2007 !
Pourquoi les Compagnons me direz-vous ? La question est revenue, souvent…
A la maison, si les siens étaient fans de Bécaud, c’est le film : Si tous les gars du monde et un intérêt décuplé pour les chanteurs qui interprétaient le générique du film qui aura amenée Mireille aux Compagnons de la Chanson. Ils n’avaient pas chez eux à l’époque de télé ni de tourne-disques, seulement une radio qui leur permettait d’écouter des émissions comme Musicorama sur Europe 1, la toute nouvelle station. Il a donc fallu attendre 1958 et qu’un Teppaz entre à la maison pour qu'elle achète un premier disque. Ce fut : Le marchand de bonheur et verte campagne. D’autres ont bien entendu suivi.
En 1962, alors qu'elle avait commencé à travailler, elle put enfin se payer une place à Bobino où elle eut la surprise de constater que les Compagnons couvraient les deux parties du spectacle alors qu'elle s’était attendue à ce qu’il y ait également d’autres artistes. Alors qu'elle avait eu peur de la longueur du spectacle et d'envisager partir à l’entracte, elle y retournera trois fois pour voir le spectacle dans son intégralité. Un véritable coup de foudre ! Elle n'est pas la première à dire qu'il fallait avoir vu les Compagnons sur scène avec leurs sketches pour apprécier toute la différence qu’il pouvait y avoir avec un microsillon !
Après un autographe cueilli en coulisses, elle découvrira des êtres charmants, simples et disponibles qui avaient, pour chacun, un mot gentil. Son intérêt pour eux s’accroîtra sans qu'elle se doute à Bobino en 1968 que cette passion l’emmenera... jusqu’en 1985 et à plusieurs de leurs spectacles avec parfois quelques autres admirateurs rencontrés ça et là ! Repérés par les Compagnons, ceux-ci multiplieront les gentillesses à son égard. Fred leur serrera la main et, à l’issue d’un spectacle, René leur proposera un jour de les raccompagner sur Paris en voiture ! Un véritable rêve ! Les connaissant mieux, il lui arrivera progressivement d'assister parfois à certaines de leurs répétitions d’avant spectacle et d'avoir la possibilité d'obtenir d'eux programmes et disques.

C'est en assistant à une représentation en novembre 1969 qu'elle s'apercevra que Guy Bourguignon était absent. Ils apprendront quelques jours plus tard la gravité de son état puis le drame… et sa disparition ! En 1972, départ de Jean Broussolle ! Elle lui en voudra quelque temps car trois ans après le décès de Guy… partir comme ça ! Comme beaucoup d'autres, elle avait craint le départ de ce pilier et vu d’un mauvais œil l’arrivée de Gaston avant… de pleinement apprécier par la suite ses qualités de musicien et sa gentillesse.
Durant quinze ans et jusqu’à leurs adieux, elle partagera leurs joies et leurs peines conservant en mémoire et dans ses cahiers et ses répertoires des souvenirs de toute sorte. Parfois emplis de tristesse à l'annonce d'une disparition. Celle de la femme de Jean-Louis ou le décès de Jean Broussolle. Parfois comme au Casino de La Baule où lors d’une représentation le public attendra trois chansons pour se dérider. Elle pense qu’ils faisaient un peu partie de sa famille et c’était toujours avec plaisir qu'elle les a retrouvé plus de vingt ans et qu'elle en retrouvera deux à Cran Gevrier. Nous avions fini par nous serrer la main, nous embrasser, nous a-t-elle dit, et je connaissais leurs femmes et leurs enfants au point qu’au Pavillon Balthard à Nogent sur Marne, lors de la der des der, elle ne pourra retenir ses larmes à l’idée de les voir une dernière fois entrer sur scène. Dans cette passion des Compagnons, c’est avant toute chose leur respect pour le public, leur simplicité et leur talent qui l’auront séduite. Elle pense qu'ils ont écrit une grande page de l’histoire de la Chanson Française !


Testaux à Nyons en 11.2009

Par G. Le Nezet, L. Petriac - Publié dans : eux et les Compagnons...
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés